New Brunswick. Commission on the Gaol System of New Brunswick.

Résumé: Commission sur le système des prisons au Nouveau-Brunswick, 1948

En 1948, J. Bacon Dickson était désigné pour effectuer une enquête sur le système des prisons du Nouveau-Brunswick. Contrairement à la majorité des commissions d'enquêtes antérieures, il a signalé qu'il avait beaucoup voyagé dans toutes les parties du pays, de même que tenu des audiences publiques à Fredericton, à Moncton, à Bathurst et à Saint-Jean.

Le rapport final de Dickson se divise en deux parties: la première est une étude historico-philosophique de questions portant sur l'incarcération. Le rapport accorde beaucoup de place aux questions de prévention du crime, de justice punitive et de récidivisme. On y fait également de nombreuses allusions, avec des citations directes, à la Commission Archambault, une Commission royale fédérale qui avait examiné le système pénitentiaire canadien en 1938.

La seconde partie du rapport étudie de façon détaillée l'état du système des prisons au Nouveau-Brunswick. Le thème qui revient le plus clairement dans cette partie est celui de la consolidation et de la systématisation. Dickson note à maintes reprises qu'il n'existe aucun principe directeur établi par la province que les géoliers de comté puissent appliquer. Le système était idiosyncratique: c'est-à-dire que, dans certaines régions de la province, c'est le shérif local qui était responsable de la prison du comté; dans d'autres régions, le géolier était embauché à ce titre uniquement. Dans certaines régions, les aliments prévus pour les prisonniers étaient achetés et préparés par le comté; dans d'autres régions, les personnes internées devaient se fier essentiellement à des amis et aux membres de la famille pour subvenir à leurs besoins. Dans certains comtés, les prisonniers devaient travailler; dans d'autres, on les laissait à rien faire.

Bacon a formulé quatre recommandations. Premièrement, il recommandait que, en plus des mesures punitives, la province mette au point un système pénal permettant de réhabiliter et de réformer les prisonniers. Deuxièmement, il recommandait que le système soit placé sous la direction du ministère du Procureur général. Troisièmement, le rapport insistait pour l'établissement d'une prison sous forme d'exploitation agricole située dans la partie centrale de la province. Quatrièmement, le rapport recommandait que les prisons de comté soient abolies et remplacées par un système administré par la province.

Commissioner:
J.Bacon Dickson

Documents pouvant être lu

TitreAcrobatHTMLImages
RapportpdfTextegif
Loi habilitantepdfTexteinclu avec le rapport

Information bibliographique

Voir l'en-tête du document (format TEI) qui contient l'information bibliographique concernant les versions imprimée et électronique du rapport de cette Commission.