New Brunswick. Commission on Bathurst Schools.

Résumé: Rapport sur des accusations relativement aux écoles de Bathurst et à d'autres écoles dans le comté de Gloucester, en 1894

Des différences de nature confessionnelle relativement à des questions d'éducation dans le comté de Gloucester ont donné lieu à des émeutes à Caraquet au début des années 1870. Lorsque le révérend Alexander Thompson a déposé une série de plaintes, l'Assemblée législative a voulu prévenir la possibilité d'une agitation dans la région et a nommé le juge John James Fraser de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick pour mener une enquête. Malgré quinze plaintes distinctes, les accusations reposaient toutes sur le fait que l'Église catholique essayait apparemment de prendre le contrôle des écoles publiques locales afin d'y enseigner les dogmes catholiques. Les plaintes ont pris la forme d'une conspiration, et c'est ce qu'on appelle aujourd'hui de façon ironique le "complot papiste".

Le juge Fraser a traité chacune des plaintes individuellement, de façon méthodique et judicieuse, comme le doit un juge de la Cour suprême. Même s'il a constaté que les plaintes du révérend Thompson avaient une certaine validité, dans l'ensemble les accusations ne reposaient sur aucune preuve. Les accusations les plus graves étaient que le clergé intervenait dans l'administration de l'éducation, que les enfants protestants étaient forcés de s'agenouiller et de "faire le signe de croix" et qu'ils étaient pénalisés en raison de l'affiliation confessionnelle de leurs parents, accusations qui ont été rejetées par le juge. Finalement, le juge Fraser a déclaré "Je ne crois pas que l'on puisse prouver qu'il y a ou qu'il y a eu des efforts pour harmoniser ces écoles et les faire passer sous le joug de l'Église catholique romaine".

Documents pouvant être lu

TitreAcrobatHTMLImages
RapportpdfEn-tête seulementgif
Loi habilitantepdfEn-tête seulementinclu avec le rapport

Information bibliographique

Voir l'en-tête du document (format TEI) qui contient l'information bibliographique concernant les versions imprimée et électronique du rapport de cette Commission.