New Brunswick. Commission to Investigate and Report on the Best Method of Administering the Crown Timber Lands of the Province.

Résumé: Commission pour enquêter et faire rapport sur la meilleure méthode d'administration des terres boisées de la Couronne, 1892

En 1890, le Conseil exécutif créait une Commission pour enquêter sur un certain nombre de questions ayant trait à l'administration des terres de la Couronne. Il s'agissait notamment de la question du mérite relatif des baux de longue et de courte durée, de la question des redevances d'exploitation par volume (par rapport aux marchés européens), des avantages et des inconvénients relatifs à l'industrie du bois dans les régions situées dans le Nord et le Sud de la province, des changements à apporter au mesurage des billes et du bois, et, élément intéressant à noter, de "la protection et la conservation des ressources forestières de la province". A. F. Randolph, Frank Todd, et Allen Ritchie ont été nommés commissaires.

Ils ont commencé leur enquête par la distribution d'un questionnaire aux bûcherons un peu partout dans la province. Puis ils ont interviewé un certain nombre de témoins. Les commissaires en sont ensuite arrivés à un certain nombre de conclusions énoncées de façon non équivoque. Par rapport à la question de la durée des baux, les commissaires ont recommandé que, au mieux des intérêts de tous, c'est-à-dire de la Couronne et des titulaires de baux, la tenure soit aussi longue que possible. Selon eux, "ceci permettrait des méthodes d'exploitation plus prudentes et plus économiques", et prolongerait finalement la vie des ressources.

La Commission a également signalé que, étant donné que le bois de la Baltique était produit à moindre coût, et que la France venait tout juste, un an auparavant, d'établir un tarif douanier restrictif, les producteurs de bois du Nouveau-Brunswick seraient effectivement réduits à faire peu de profits, s'il en est, si des redevances plus élevées étaient imposées pour l'épinette et le pin.

Les commissaires ont également signalé que, étant donné que les producteurs du Nord-Est des États-Unis épuiseraient bientôt leurs réserves d'épinettes, on pouvait prévoir à brève échéance que l'industrie du bois au Nouveau-Brunswick deviendrait de plus en plus profitable. C'est pourquoi les commissaires ont recommandé une gestion prudente des ressources. À cette fin, ils ont suggéré d'appliquer de fortes pénalités strictes à ceux qui couperaient illégalement des arbres immatures. Ils ont également déclaré qu'"aucune dépense raisonnable ne devrait être considérée trop grande pour la protection des terres boisées contre les incendies."

h.c.

Les commissaires:<.lb>A. F. Randolph
Frank Todd
Allen Ritchie
D. G. Smith

Documents pouvant être lu

TitreAcrobatHTMLImages
RapportpdfEn-tête seulementgif
Loi habilitantepdfEn-tête seulementinclu avec le rapport

Information bibliographique

Voir l'en-tête du document (format TEI) qui contient l'information bibliographique concernant les versions imprimée et électronique du rapport de cette Commission.