New Brunswick. Commission to Investigate the Conduct of Deputy [Matthew] Carruthers with Regard to Timber and Lumber Returns.

Résumé: Commission d'enquête sur la conduite du sous-ministre [Matthew] Carruthers concernant les relevés statistiques du bois d'oeuvre, 1844

Le rapport annuel que le sous-ministre Matthew Carruthers a soumis à l'arpenteur général en 1842 ressemblait, quant à son contenu, à ceux qu'il avait soumis au cours des années précédentes. Toutefois, en mars 1843, I. J. Williston, avocat, a prétendu que le rapport de Carruthers avait été mal préparé: aucune redevance n'avait été imposée ni aux fabricants ni aux marchands pour la grande quantité de bois d'oeuvre qui avait été mis sur le marché à l'été de 842.

Par la suite, une Commission a été établie, composée de Joseph Gaynor, Thomas Robertson et Asa Coy, pour enquêter sur cette plainte. Les commissaires ont clairement indiqué dans leur rapport qu'ils avaient été dotés de pouvoirs insuffisants pour bien mener cette enquête. Étant donné qu'ils n'avaient ni le pouvoir de contraindre les témoins à comparaître ni le pouvoir d'obliger les témoins volontaires à répondre à toutes les questions, "pendant toute la durée du processus, il y a eu... un grand désir de témoignages directs et convaincants". À la fin de leur enquête, les commissaires ont déclaré qu'ils ne possédaient pas suffisamment de preuves concluantes pour justifier la plainte ou disculper M. Carruthers. Par conséquent, ils n'avaient d'autre choix que de rendre un non-lieu.

Bien que l'affaire Carruthers n'ait pas été résolue de façon satisfaisante, la Commission n'a pas été inutile. Dans le cours de son enquête, elle a eu l'occasion d'entrer en contact avec de nombreux bûcherons. Toutefois, aucune preuve n'a pu être fournie, car les bûcherons ont refusé de produire leurs livres de comptes. Par conséquent, les commissaires ont sérieusement fait savoir qu'ils étaient "persuadés de la malhonnêteté des bûcherons dans leurs relations avec les agents du gouvernement (sans émettre de réserves, avons-nous le regret d'ajouter, au sujet des marchands)" et que le système qui devait protéger les redevances de la Couronne était insatisfaisant.

Documents pouvant être lu

TitreAcrobatHTMLImages
RapportpdfTextegif
Loi habilitantepdfTexteinclu avec le rapport

Information bibliographique

Voir l'en-tête du document (format TEI) qui contient l'information bibliographique concernant les versions imprimée et électronique du rapport de cette Commission.